Avez-vous déjà entendu parler du présentéisme ? Il s’agit de l’exact opposé de l’absentéisme, soit le fait d’être présent. Par exemple, si à 16 heures vous avez fini toutes vos missions de la journée mais qu’il ne vous reste que trop peu de temps pour commencer une nouvelle tâche et que vous repoussez le début d’une nouvelle mission, vous faites du présentéisme. L’absentéisme représente un coût pour les entreprises mais il est moindre par rapport à celui du présentéisme. En effet, les frais dus à l’absentéisme sont en partie couvert pas l’assurance maladie, contrairement au présentéisme.
 

  1. Les différents types de présentéisme

En entreprise, le présentéisme se reflète sous quatre formes :

  • Le présentéisme contemplatif : celui-ci résulte d’un vrai mal-être dans lequel le collaborateur n’a rien à faire ; ses journées, sans réelle mission sont longues. L’individu reste à son poste en faisant bonne figure mais ce type de présentéisme peut mener vers un problème bien plus grave : le bore-out.
  • Le sur-présentéisme : dans ce cas, l’individu, même malade, viendra travailler, par peur du retard dans son avancée. C’est le cas de présentéisme le plus répandu : pas moins de 35% des salariés français viennent travailler alors qu’ils sont souffrants. La plupart du temps, il s’agit de maux de dos ou de tête, parfois un rhume, et souvent, ces petites maladies du quotidien nuisent à la QVT de l’employé malade et à la santé des autres autour.
  • Le sur-engagement : quand on travaille au-delà du de la fin de la journée, nous sommes bien moins productif. Travailler tard n’aiderait donc pas forcément à avancer dans son travail, au contraire. Un cercle vicieux se met en place et peut mener jusqu’au burn-out.
  • Le présentéisme stratégique : il s’agit ici de retarder l’heure de son départ pour quitter le bureau en même temps que vos collègues pour éviter de recevoir une remarque négative.

 

  1. Savoir dire au revoir

Quand toutes vos missions ont été menées à bien et qu’il ne vous reste que quelques minutes avant la fin officielle de votre journée, rien ne sert de rester au bureau. Aussi, vous pouvez quitter les lieux l’esprit tranquille. Quand on est au travail alors qu’on a rien à faire, l’image de soi peut se dégrader, le goût du travail bien fait en prend lui aussi un coup. De ce fait, quand vous estimez que votre journée est terminée, n’hésitez pas à quitter votre bureau. Pensez, avant de prendre ce rythme, à prévenir votre employeur afin d’éviter tout litiges. Certaines personnes sont très productives le matin et beaucoup moins l’après-midi.
 

  1. Se responsabiliser

Proposez à tous les membres de votre entreprise d’abolir les horaires classiques et présentez les horaires libres. Les autres collaborateurs se sentiront alors responsabilisés car ils auront l’impression d’avoir plus de liberté pour agencer leur journée comme ils le souhaitent.
Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les collaborateurs n’abusent pas de ces horaires libres. En effet, rien ne sert de venir à 8 heures si vous savez que vous n’êtes pas efficace le matin. Vous vous connaissez mieux que personne, vous savez donc pendant combien de temps vous êtes capable de travailler sans faire de pause. De même, on arrête de faire culpabiliser ses collègues qui partent à 17.45 !
Pensez toutefois à garder des plages horaires au cours desquelles tous les collaborateurs sont présents, la travail d’équipe ne doit pas en pâtir.
 
 

  1. Qualité vs Quantité

En très peu de temps, certains sont capables de faire de grandes choses. Si, selon vous, au moment de partir, vous avez accompli tout ce que vous aviez à faire au cours de votre journée, que tous vos objectifs quotidiens ont été remplis, vous pouvez plier bagages. À l’inverse, grâce aux horaires libres, vous pouvez rester plus tard si vous êtes arrivé plus tard. Quand une tâche a été menée à bien, que selon vous, il n’y a plus besoin de rien retoucher, alors votre travail est terminé et il est temps de passer à la prochaine. Ou de rentrer !
 

  1. Apprendre à s’arrêter

Quand la journée est terminée, coupez tout. Les notifications pro sur votre téléphone, votre ordinateur professionnel, votre boite mail… Un nouveau moment commence et il est à vous. Profitez des instants avec vos proches, votre famille, vos amis ou juste avec vous-même ! Il est l’heure de décompresser et de vous ressourcer pour être efficace le lendemain. En ne faisant aucune pause, vous ne serez pas plus productif, bien au contraire. Votre cerveau sait très bien séparer la vie privée de la vie professionnelle, vous n’avez plus d’excuse ! Profitez des moments qui sont à vous.
 
 
Ainsi, si vous estimez que vous avec accompli tout ce que vous deviez faire aujourd’hui, rien ne sert de s’éterniser au bureau. Quittez les lieux plus tôt vous permet aussi de profiter de votre famille, de vos amis ou de prendre du temps pour vous ressourcer. Il va de soi qu’avant de vous calquer sur ce modèle de journée, vous devez en parler avec votre manager ou votre employeur. Quoi qu’il en soit, pensez à prendre du temps pour vous ressourcer sans penser au travail, vous n’êtes pas qu’un collaborateur, vous êtes avant tout un être humain avec des besoins. Tâchez de ne pas l’oublier ! 

Articles associés

Leave a Comment